L’âme bretonne pour servir Jean-Sébastien BACH

    DSC_0384.jpg
  Trois jeunes femmes musiciennes se rencontrent lors d’un concert et découvrent qu’elles ont des attaches communes bretonnes et kéritiennes. Très vite l’idée d’un concert en terre bretonne germe et peut s’organiser avec la complicité de la présidente de l’association TUNVEZH Edith Criquet-Corrieu. Plus de 200 personnes ont répondu à ce rendez-vous en terre celtique avec J-S Bach.

 

     Dès les premières mesures de la suite n°1 pour violoncelle solo, l’émotion nous submerge. Le génie du compositeur ainsi que le charme et la justesse du jeu de Clotilde Lacroix créent une ambiance rare. Dans les douces lumières de la fin du jour, on entend le silence entre les notes : Jean-Sébastien est là !

 

    DSC_0398.jpg
      Le programme, bien que centré sur Bach, se poursuit, très varié, alternant chant et parties instrumentales. Les musiciennes expliquent le contexte de création des œuvres. Emmanuelle Hutteau nous apprend que le très bel aria « Bist du bei mir » longtemps attribué à Bach est l’œuvre de G.H. Stölzer, contemporain du maître. Puis Camille Aubret surprend son auditoire en déambulant dans l’église tout en interprétant la sonate pour violon n°3. Les sons provenant des fonds baptismaux sans la gestuelle de l’artiste sont portés vers les premiers rangs avec une rare fidélité.

 

     DSC_0389.jpg
     Puis vient la suite n°6 pour violoncelle solo. Les regards se fixent sur les doigts de Clotilde galopant sur les cordes, notamment sur la Sarabande. Quelques intermèdes ponctuent les mouvements de la Suite tels qu’un chant interprété par une « maîtrise éphémère » de trois jeunes filles. On apprend aussi que J.S. Bach, arrivé à Leipzig n’a pas la « côte ». Telemann et d’autres petits maîtres retiennent toutes les attentions. Il faudra un concours de circonstances pour qu’il obtienne le poste de Kantor et « qu’à défaut des meilleurs on prenne les médiocres ». Heureusement que l’avenir corrigea ces appréciations !

 

    Le programme s’acheva sur la délicate cantate « Ich habe genug » dont certaines harmonies très proches de compositions contemporaines. Une interprétation superbe, une justesse des intonations et du phrasé d’Emmanuelle Huteau accompagnée avec talent et délicatesse par ses amies.

 

    DSC_0393.jpg
     En guise de bis, les trois jeunes femmes finirent de conquérir leur auditoire en interprétant des chants bretons, épaulées par Nicole Palud, la spécialiste locale du répertoire breton.

 

     Ce concert clôturait en beauté ce festival d’été organisé par l’association TUNVEZH en vue de sensibiliser le public à la rénovation de cette belle église Sainte Thumette de Kérity.

 
 

Contes pour toutes les oreilles

 

    DSC_0360.jpg
      L’association TUNVEZH proposait un tour du monde de l’imaginaire avec Yveline Méhat la conteuse locale ce mercredi 8 août.

 

     Les 320 oreilles de tous âges étaient connectées pour entendre les aventures de Yffig et Soizig , apprendre que la crêpe avait été inventée en pays bigouden fortuitement, comme beaucoup d’inventions, d’ailleurs. ………..Et cet « enfant du diable » devenu propriétaire de tout le village venant encaisser les loyers à la Saint Michel, sourd aux revers de fortune.

 Yveline.jpg

     La soirée s’écoule dans la plus grande attention. Chaque conte est ponctué d’un intermède musical qui relance l’intérêt des plus jeunes. Une grenouille s’esclaffe même sur l’air de « I’m just a gigolo ». Un dernier petit conte pour finir sur des vibrations apaisantes et …..bonne nuit petits et grands.

 

     Adieu Google et bonjour les rêves !

 
 

Voyages au cœur des musiques et du cinéma

 

     Pour un nouveau concept de spectacle présenté en pays bigouden, le public a répondu largement à l’invitation de l’association TUNVEZH. Rendez vous compte: des milliers de doigts en mouvement au rythme des vingt doigts des pianistes Franck Ciup et Laurent Ferlet. Rompus à l’exercice « Piano à 4 mains », ils ont bâti un spectacle complet de musiques de films mondialement connues associées aux grands thèmes de Ravel, Mozart, Debussy, Brahms, Schubert, ……..

 

     piano.jpg
     Notes après notes l’auditoire replonge dans l’atmosphère et l’émotion déjà éprouvées dans les salles obscures pour Out of Africa, le Parrain, West Side Story, les Parapluies de Cherbourg, et j’en passe. Sa complicité s’entend, il fredonne et tout étonné constate la proximité de ces airs populaires avec la musique dite « classique ». Tour à tour les deux pianistes citent des anecdotes lors des tournages, la complicité entre réalisateurs de films et compositeurs, expliquent leur technique de création et d’arrangements. Mais le vrai secret pour que des notes prennent vie, c’est qu’elles doivent venir du cœur !

 

     Petit intermède cocasse lorsque les artistes évoquent Mozart et les …. chocolats qu’ils dégustent en direct. Le jeune public se redresse et apprécie la distribution de douceurs par une jeune fille. Des pianissimo les plus délicats aux forte rageurs, l’église Sainte Thumette véhicule les sons sans écho ni décalage. On vit des petits moments de bonheur lors de cette chaude soirée d’été qui s’étire et semble s’éterniser.

 

     Au premier rang une petite fille de 8 ans confie qu’elle est venue « pour Star Wars ». Elle sera récompensée lors du deuxième bis mais sera restée captivée pendant toute la durée du concert.

 

     Merci donc à Franck Ciup et Laurent Ferlet, merveilleux artistes généreux, simples, pleins d’humour, talentueux. Vous contribuez avec bonheur à perpétuer le spectacle vivant.   

 

Grandeur et décadence : ainsi allait Kérity du 16ème au 17ème siècle

 

DSC_0253.jpg
Jeudi 26 juillet, à l’église Ste Thumette, Serge Duigou a retracé le passé tumultueux de Kérity.

Ce village devenu ville de plus de 10.000 habitants vers 1550 concurrençait en taille et en économie Nantes et Rennes grâce à ses activités maritimes (pêche et transport).

Mais parfois des causes multiples se conjuguent pour changer le sens du vent de l’Histoire: fermeture du port d’Anvers, premier port de livraison, concurrence des flottes étrangères, de l’indigo sur le pastel. Même le merlut local est fortement concurreDSC_0247.jpgncé par la morue des pêcheurs de Bréhat, Paimpol, … et l’intervention funeste du triste sieur La Fontenelle qui mit à sac le pays de Penmarc’h.


Cette conjonction assez rare de catastrophes économiques et guerrières fit chuter l’énorme flottille (300 bâteaux) à 50 unités et la population à environ 2.000 personnes.

Devant 230 auditeurs quelque peu « groggy », le conférencier promit de revenir l’an prochain présenter une période de l’histoire locale plus clémente.

 
 


 

Musiques célestes à Sainte Thumette

     DSC_0236 (Copier).jpg
     Ce mardi soir à l’église Sainte Thumette régnait l’ambiance des belles soirées festivalières d’été. Les lieux rapidement remplis étaient envahis de beaux rais de soleil illuminant les piliers. Les habitués du concert baroque annuel proposé par l’association Tunvezh  attendaient avec gourmandise l’arrivée des artistes. Fidèles depuis plusieurs années de ce rendez-vous musical, Morgane Dupuy (violon) et Chloé Sévère (clavecin) étaient accompagnées de Pierre Boudeville  (chanteur).

 

     Présentant simplement et parfois avec humour chaque œuvre, ils surent captiver l’attention du public par un choix diversifié d’œuvres et de sonorités. Alternant trios, duos et solos, ils présentèrent un beau regard sur le « Génie Musical Allemand », titre de ce programme. De Telemann le plus célèbre à Bach le plus grand, ils firent découvrir également à l’auditoire une très belle sonate de Schmelzer pour violon et clavecin.DSC_0228 (Copier).jpg

 

     Et madeleine proustienne de cette soirée Chloé Sévère interpréta une œuvre du gallois Alec Templeton – Bach goes to town – pièce de clavecin où le compositeur imagine JS Bach arrivant à New York dans les années 30 : accords baroques et jazzy. Quel plaisir et quelle démonstration de l’universalité de la musique !

DSC_0217 (Copier).jpg

     Le public était conquis, appréciant « l’équilibre du programme », « la variété des sonorités », « la qualité des musiciens et la belle acoustique des lieux». On était très loin du cliché assez répandu d’une musique ancienne ou désuète.

 

     La présidente de l’association Edith Criquet-Corrieu annonça d’ailleurs un autre concert de musique baroque le mardi 14 août en clôture des animations de l’association Tunvezh. Auparavant conférence de Serge Duigou sur l’histoire de Kérity du 17 au 20ème siècle le 26/7, un grand concert de piano à quatre mains « Quand le piano fait son cinéma » le 3/8 et une soirée Contes pour toutes les oreilles dits par Yveline Méhat le 8/8.

 

 

DSC_0204 (Copier).jpg

 

 


Concert Baroque

 

 

le 17 juillet 2018 à 20h30

Eglise Sainte Thumette à Kérity

 

 

Pierre BOUDEVILLE (baryton)

Morgane DUPUY (violon)

Chloé SEVERE (clavecin)

 

Bach, Biber, Buxtehude, Schmelzer, Telemann

 

 

(Entrée et participation libres)

 


 

Le Bara Fourmaj du 24 juin 2018

 

       
    DSC_0077.JPG Dimanche 24 juin, grosse effervescence dès le matin afin d’ériger des barnums  sur le parking de Sainte-Thumette afin de protéger la centaine de personnes attendues pour le Bara Fourmaj annuel d’un soleil très présent.

 

     Dès 15h30 accourraient des environs les habitués dont cette manifestation est l’un des rendez-vous les plus prisés afin d’échanger sur « les choses de la vie ».

 

    
     D’autres, curieux car venus d’ailleurs (voire de Suisse), venaient sentir l’atmosphère et les traditions d’un vrai village. Ce « goûter bigouden » est en effet une tradition bien ancrée dans nos coutumes locales lors d’une réunion familiale ou d’un décès.

 

    IMG_0167.jpg On évoque le bon temps passé, le souvenir de l’absent(e) autour d’une collation copieuse : apéritif, assiette de charcuterie, crêpes, gâteau breton, café ….

   

     Lorsque l’essentiel fut dit, Edith Criquet, présidente de l’association Tunvezh, organisatrice de cet après-midi, en  rappela les buts : contribuer à la sauvegarde et à la valorisation de l’église Sainte-Thumette.

 

     Active depuis huit ans elle a permis notamment de sensibiliser le public à la rénovation des murs extérieurs et de financer la réfection et l’installation des cloches.

 

   
DSCN2599.JPG     Resteront à venir les travaux de dallage de l’église, dont les travaux sont estimés à 60 000 €. Edith Criquet a rappelé qu’une souscription restait ouverte et que le site de l’association proposait des tableaux à vendre au profit de Sainte-Thumette, dont une œuvre du peintre Pierre Loeb.

 

     L’association Tunvezh financera une partie des travaux, selon ses moyens, mais sollicitera une subvention de la Drac (Direction Régionale des Affaires Culturelles).

 

     Ayant repris des forces jusqu’au ... lendemain, on se sépara en prenant rendez-vous pour l’an prochain.

 

 

 

DSC_0071.JPGDSC_0067.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 


LES ANIMATIONS 2018

 

Bara fourmaj

24 juin 15h30

parking de L’église Ste Thumette - Kérity

Repas 10 €

 

Concert baroque, avec au clavecin Chloé Sévère, violon Morgane Dupuy, baryton Pierre Boudeville

Bach, Biber, Buxtehude, Schmelzer, Telemann

17 juillet 20h30

Eglise Ste Thumette - Kérity

Participation libre

 

 Conférence de Serge Duigou « Histoire de Kérity du 17ème au 20ème siècle »

26 juillet 20h30

Eglise Ste Thumette - Kérity

Entrée 5 €

 

Récital piano à 4 mains

Laurent Ferlet & Franck Ciup

3 août 20h30

Eglise Ste Thumette - Kérity

Entrée 10 €

 

Contes « Pour toutes les oreilles » dits par Yveline Méhat

8 août 20h30

Eglise Ste Thumette - Kérity

Participation libre

 

Concert baroque, avec au violoncelle Clotilde Lacroix

Suites de Bach 1 5 et 6

14 août 20h30

Eglise Ste Thumette - Kérity

Participation libre

 

 
 


 

Ciel !! Les cloches reviennent à Kérity-Penmarc’h !!

 

cloches (12).JPG     Dans notre village breton qui présente des analogies avec un célèbre village gaulois, on ne fait pas les choses comme ailleurs. Jugez-en plutôt


     Comme leurs consœurs, les cloches de l’église Sainte Thumette revenaient traditionnellement de Rome le jour de Pâques. Cette année, elle ont dû se fourvoyer dans les landes environnantes et l’on a vu l’entreprise spécialisée Art Camp' les ramener dans le droit chemin avec un peu d’avance (pont de Pâques oblige).

 

Ce son familier des Kéritiens resurgit après 17 mois d’absence ==> Cloche.wmv

 
    cloches (47).JPG En effet elles furent déposées en septembre 2016 pour rénovation vu leur âge « mûr » : 115 ans pour la plus grosse et ….160 ans pour l’autre qui aura la lourde tâche de rythmer les heures du quotidien ainsi que les célébrations dont prochainement le jour de Pâques et le 26 mai pour l'inauguration après travaux et le pardon de Sainte Thumette en présence d’Alain Le Guellec vicaire général.

 

     Cette belle église a retrouvé son clocher et sa belle parure d’antan ainsi que sa résonance. L’association TUNVEZH a pris en charge la totalité de l’opération : l’enlèvement, la restauration, la remise en place des 2 cloches et le remplacement du tableau de commande avec horloge et sonneries

 

     Avec le concours des collectivités locales, l’association Tunvezh souhaite maintenant rénover les sols afin de parachever cette résurrection.

La souscription est toujours ouverte aux dons: www.fondation-patrimoine.org/15686

 

 


 

L’association Tunvezh

vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et

vous adresse ses meilleurs vœux pour 2018

 

 le bar des marins.jpg

 

 

Pierre Loeb a fait don d'une de ses créations originales à l'Association TUNVEZH, laquelle le remercie chaleureusement pour son geste.

 

L'Association propose cette œuvre " Le bar des marins " ( 700€)  afin de continuer son projet de rénovation de l'église Sainte Thumette.

 

 

  Pierre Loeb.jpg
     Né en 1934 à Nancy, Pierre Loeb passe son enfance à Pont-à-Mousson . Après la guerre, pendant laquelle sa famille se retire en Saône-et-Loire puis dans l'Ain, retour en Lorraine jusqu'en 1947. Pensionnaire dans une école privée de la région parisienne jusqu'en 1952, ce sera l'occasion d'un premier contact avec la capitale.

 

     Jusqu'en 1955, il débute sa formation à l'école des Arts appliqués de Metz. Après ses classes à Verdun, il embarque pour Bône et poursuit son service militaire à la frontière tunisienne.

 

     Retour à Paris où il fréquente l'école Paul Colin de 1959 à 1961. Au cours de cette même période, durant quelques mois il rejoint l'académie André Lhote dont il avait déjà abordé l'enseignement par la lecture.

 

     Au cours des années 60, il fréquente régulièrement les cours de dessin de la ville de Paris au 80 boulevard Montparnasse et à l'académie Henri Goetz.

 

  • 1952 - 1955 : École des Arts Appliqués - Metz
  • 1959 - 1961 : École Paul Colin
  • 1960 : Académie André Lhote
  • 1962 - 1967 : Cours supérieurs de dessin de la Ville de Paris
  • 1966 - 1967 : Académie Goetz

 

Une expo et un beau livre célèbrent l’artiste post-cubiste.

 

 

     Il a fréquenté l'Académie du célèbre peintre bordelais André Lhote, et l'on retrouve chez lui ce goût pour l'architecture colorée.

 

    Pierre Loeb est considéré comme l’un des derniers grands post-cubistes français, auquel les éditions Gourcuff Gradenigo consacrent une monographie. 

 

Rétrospective de Pierre LOEB au "Domaine Perdu" - Reportage France 3


 

 

La rénovation de l'église Sainte Thumette récompensée

Remise 3.JPG

     A l'occasion du Salon International du Patrimoine Culturel, la Fondation du patrimoine a remis le 3 novembre dernier, au Carrousel du Louvre, les prix de la 13ème édition du Mécénat Populaire. Penmarc'h fait partie des 4 communes lauréates cette année.

 

     Créés en 2005, ces prix récompensent des collectivités territoriales qui grâce au financement participatif ont mobilisé de manière exemplaire la population et le tissu économique local en faveur d'un projet de sauvegarde du patrimoine de proximité. 

 

     Penmarc'h a reçu la mention spéciale "mobilisation numérique" qui souligne l'investissement des internautes pour la rénovation de l'église Sainte Thumette. En effet, sur les 32.000 € récoltés par la souscription lancée en mai 2014 et faisant suite à la convention signée entre la mairie et l’association TUNVEZH, porteurs conjoints de ce projet, ce ne sont pas moins des 2/3 qui ont été collectés en ligne.

 

     L'excellente collaboration entre la municipalité et l'association a amplement contribué à la bonne réalisation de ce projet dont le coût s'élève pour l'instant à 300.000 €. Par ailleurs, lors des nombreuses animations culturelles qu'ils ont organisées, les membres de l'association TUNVEZH ont su mobiliser nombre de donateurs. Soulignons aussi le soutien actif de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et de l'Architecte des Bâtiments de France (ABF) dans l'assistance à maîtrise d'ouvrage.

 

     Ne reste qu'à se rendre à Kérity pour aller admirer le résultat final largement à la hauteur des efforts consentis. 

 

     Une délégation penmarchaise composée du Maire, Raynald Tanter, de l'un de ses adjoints, Eric Raphalen, de la Présidente de TUNVEZH, Edith Criquet-Corrieu et du trésorier de l'association, Michel Labidurie s'est donc rendue à Paris le 3 novembre dernier pour se voir remettre le prix mention spéciale "mobilisation numérique" doté de 4.000 €. Le projet est toujours ouvert aux dons: www.fondation-patrimoine.org/15686